Alcool :
conséquences

La consommation d'alcool peut entraîner des problèmes physiques, psychiques et sociaux. Tant les consommateurs et consommatrices que les tiers peuvent être concernés.

ic_alcohol@1x

L’effet toxique de l’alcool peut nuire à presque tous les organes du corps humain et sa consommation peut conduire à l’apparition de maladies et troubles. Différents problèmes de santé mentale peuvent également découler de la consommation d’alcool.

La consommation d’alcool peut aussi être liée à une série de problèmes sociaux, pour la personne concernée mais aussi son entourage . La violence sur autrui et sur soi-même peuvent également être des conséquences de la consommation.

Pour la plupart des maladies liées à l’alcool, il y a une relation dose-effet: plus on consomme, plus les risques et dommages sont élevés. Les modes et fréquences de consommation peuvent aussi être importants. La consommation chronique à risque peut contribuer au développement de maladies, alors que l’ivresse ponctuelle implique surtout un risque accru de blessures. Des études ont aussi fait ressortir que des jours sans consommation d’alcool diminuent certains risques, notamment pour les maladies hépatiques. Les liens entre consommation d’alcool et maladies, notamment le cancer, sont souvent mal connus par la population.

Conséquences de la consommation d’alcool : Chiffres-clés

Traitements et hospitalisations en lien avec l’alcool

Environ 11’500 personnes sont hospitalisées de manière stationnaire chaque année pour intoxication alcoolique. Même si le nombre pour 1’000 habitantes et habitants augmente avec l’âge, on observe que les jeunes n’ayant pas atteint l’âge d’acheter de l’alcool sont aussi touchés.

Le nombre des diagnostics pour intoxication alcoolique menant à un séjour stationnaire à l’hôpital a augmenté jusqu’en 2008 et diminué à nouveau par la suite. Les évolutions sont comparables entre les hommes et les femmes. Si l’on considère la population âgée de 15 ans et plus, le nombre de diagnostics d’intoxication en 2016 a atteint le même niveau qu’en 2003. Cependant, chez les 10 à 23 ans, il était 28% plus élevés en 2016 qu’en 2003.

Le nombre de personnes admises en traitement pour un problème principal de consommation d’alcool a légèrement baissé depuis 2013, tant chez les hommes que chez les femmes. Il ne s’agit toutefois pas du premier traitement pour la majorité des personnes concernées ; environ deux tiers d’entre elles avaient déjà été en traitement auparavant.

Entre 2013 et 2022, le nombre de personnes admises en traitement en raison d’un problème principal de consommation d’alcool a légèrement diminué (indexé moins 10%).

Circulation routière: Influence de l’alcool sur la capacité de conduire

Le nombre de morts et de blessés graves dus à l’alcool dans le trafic routier a fortement baissé entre 1980 et 2021. Le nombre de blessés légers a quant à lui commencé à diminuer au début du nouveau millénaire. Ces dernières années, la diminution du nombre de blessés et de tués ne semble pas se poursuivre.

Décès dus à la consommation d’alcool

L’alcool est associé à 8.4% de tous les décès. Les trois principales causes sont:

  • Les cancers (36.2%)
  • Les maladies digestives (21.4%)
  • Les accidents et lésions (21.3%)

Les cancers sont la cause de décès la plus fréquente chez les femmes et les hommes. Par ailleurs, une consommation limitée d’alcool peut avoir un léger effet bénéfique pour les maladies cardiovasculaires.

La cirrhose du foie est le stade final des maladies chroniques du foie. Les dommages causés à celui-ci sont irréversibles. L’abus d’alcool sur une longue période constitue la cause la plus fréquente de cirrhose du foie en Europe.
En Suisse, les hommes sont plus de deux fois plus touchés par les cirrhoses alcooliques du foie que les femmes.
On constate une légère diminution du nombre de décès causés par une cirrhose alcoolique du foie parmi les hommes depuis les années 1990. Cette tendance n’est pas observable pour les femmes.