Semaine nationale d’action « Enfants de parents avec une addiction » : des offres culturelles abordent la thématique

05.03.2024

En Suisse, quelque 100 000 enfants vivent avec un parent qui a une consommation problématique d’alcool ou d’une autre substance. Cette situation est rendue visible par la semaine d’action annuelle coordonnée par Addiction Suisse qui se déroule du 11 au 17 mars. Plus de 30 actions organisées par des institutions locales auront lieu dans 14 cantons. De plus en plus de productions culturelles — films, pièces de théâtre, danse, podcasts et musique — abordent désormais la thématique.

La mobilisation en faveur des enfants de parents touchés par une addiction doit se poursuivre. Un nombre croissant de productions culturelles y contribuent. Après des films comme Trinkerkinder, Les enfants du Platzspitz ou Prinzessin, le documentaire Löwenzahnkind sera projeté dans différents lieux pendant et après la semaine d’action. Ce film documentaire suit Jasmin dans son voyage au Portugal, où elle rend visite à son père, anciennement dépendant à l’héroïne. Jasmin ainsi que d’autres enfants (désormais adultes) de parents avec une addiction racontent leur histoire, les difficultés et les préjugés auxquels ils ont fait face. L’alcool est au cœur de la pièce de théâtre Alkohol de Nina Langensand qui a grandi avec une mère dépendante à cette substance. Cette pièce aborde avec délicatesse la vulnérabilité, la distanciation, la maîtrise et la perte de contrôle. D’autres créations artistiques seront également au programme pendant et après la semaine d’action, comme les vidéos de la compagnie de danse TacTic  présentées sur le site internet Al-Anon, le podcast de Charlotte You ou la chanson « Wiiter » de Pedro (avec Leyla Tetteh-Quaye).

 

Ouvrir l’œil et tendre la main : ce que peut faire la population

Ces offres culturelles participent à encourager la population à ouvrir l’œil pour que les enfants concernés puissent recevoir le soutien dont ils ont besoin. La brochure « Que peut faire l’entourage ? » montre comment chercher le dialogue avec les parents et les enfants touchés et comment être présent pour ces enfants. Elle indique également les autorités à contacter en cas d’urgence.

« L’enfant doit être protégé. S’il se confie à vous, considérez que c’est un cadeau et non un fardeau. (…) Reconnaissez la souffrance d’un enfant, une supplique, un signe non verbal. Soyez à l’écoute. Réfléchis­sez à ce que vous avez perçu, quitte à ce que ce ne soit qu’une fausse alerte. »

Marc (nom d’emprunt) a grandi avec des parents concernés par une addiction

 

La situation des enfants de parents avec une addiction

Lorsqu’un parent est en situation d’addiction, toute la famille en souffre. Pour les enfants, cela signifie bien souvent un climat familial tendu, conflictuel, imprévisible et incohérent. C’est aussi être confronté jour après jour à la peur, la honte, la culpabilité, l’insécurité et l’isolement.

« Habitant dans un village, on sait très bien que “tout le monde sait”. Maintenant adulte, j’ai un regard très dur sur cette période, notamment envers les adultes qui m’entouraient. Très peu se sont préoccupés de ce que je vivais. J’étais sage, brillante scolairement, alors “pourquoi s’inquiéter”. »

Aline (nom d’emprunt), 34 ans, a grandi avec une mère alcoolodépendante.

Les enfants qui grandissent dans une famille touchée par une addiction aiment leurs parents et veulent les protéger. Ces derniers, quant à eux, veulent être de bons parents et cachent leurs problèmes par peur et par honte. En conséquence, les enfants portent le fardeau du secret de ces situations familiales difficiles tout au long de leur enfance et leur souffrance n’est trop souvent pas identifiée.

 

Une action au niveau local, national et international

La semaine d’action s’inscrit dans un mouvement international. Des pays comme l’Allemagne, l’Irlande, la Suède, la Finlande, la Slovénie, les États-Unis, la Corée du Sud et l’Inde organisent depuis plusieurs années, pour certains d’entre eux, une semaine d’action. En Suisse, plus de 30 actions de sensibilisation sont proposées par des organisations dans 14 cantons. La liste non-exhaustive des institutions et des activités est disponible ci-dessous (cf. lien). Les organisations régionales font également volontiers part de leurs expériences aux médias et des personnes concernées proposent leurs témoignages.

Par ailleurs, cette semaine d’action est soutenue par différentes personnalités romandes, comme l’animateur de radio et de télévision Jean-Marc Richard, l’humoriste Bruno Péki et la psychologue Daniela Danis.

Vous trouverez de plus amples informations sur la thématique et des témoignages de personnes concernées sur le site internet de la semaine d’action www.enfants-parents-dependants.ch :

 

Renseignements

Sarah Vilpert (français)
Responsable de la campagne
svilpert@addictionsuisse.ch.ch
021 321 29 30

 

Markus Meury (allemand)
porte-parole
mmeury@suchtschweiz.ch
021 321 29 63