Newsletter aux parents d'Addiction Suisse - Eté 2014


Chers parents,

Vous souvenez-vous des pleurs de votre enfant, quand il ne voulait pas prêter son seau à la pataugeoire? Et aujourd’hui votre ado vit un conflit avec d’autres jeunes ou avec vous. Que faire ?
Si nous profitions de cette période estivale, des activités différentes partagées avec nos enfants, pour nous enrichir de nouvelles manières de se sortir d'un conflit ?

*Images tirées de la brochure: Le conflit, entrez sans frapper (CENAC)

Un conflit, une occasion d’apprendre?

Top

Le conflit fait partie de la vie. Comment s'affirmer, se construire, sans prendre le contre-pied, voire s'opposer? Osons le conflit, envisageons-le comme un moyen d'apprentissage privilégié, mais pas sans quelques garde-fous.

Se sortir d'une situation conflictuelle pour un-e jeune, un enfant, c'est apprendre que l'autre peut avoir un avis diamétralement opposé. C'est aussi exprimer son opinion, ses sentiments, c'est écouter ceux de ses camarades, négocier peut-être, argumenter sûrement!
Et quelle satisfaction lorsqu'aucun des protagonistes ne perd la face. "D'accord, nous irons à la piscine ce matin, c'est vrai, il y a moins de monde. Et cet après-midi par contre, je pourrai inviter des amis à la maison." La solution trouvée n'est pas forcément idéale, mais chacun y trouve son compte.
Résoudre un conflit fait appel à de nombreuses compétences indispensables dans la relation avec les autres. Elles sont des ressources à développer au quotidien. Elles aident les enfants à gérer plus facilement la frustration et participent à la construction de l’estime de soi. Lors de moments difficiles, les adolescents se sentiront ainsi mieux outillés pour les affronter.

   

Etre parent et envisager positivement un conflit avec son ado ?

Top

Votre adolescent-e vous "secoue", cherche parfois le conflit et ça n'est pas très agréable. De nouveaux sujets de discordes apparaissent. Il ou elle grandit. Y aurait-il des règles à adapter?

Le ton est monté avec votre adolescent. Alors que votre fils Julien est autorisé à sortir jusqu'à vingt-deux heures, il s’énerve et insiste pour rester dorénavant jusqu'à minuit. Il vous rappelle sa bonne attitude, qu'il rentre toujours à l'heure, et qu'il a des résultats scolaires très satisfaisants. Ses arguments sont corrects.

N'évitez pas la confrontation si vous n'êtes pas d'accord. Prenez le temps de l'écouter mais n'oubliez pas de lui parler de vos besoins, de vos craintes: votre adolescent est en période d'examen, vous le trouvez trop jeune pour rester dehors si tard, en plus dans des lieux où, souvent, au fil des heures, les gens s’alcoolisent de plus en plus et l'ambiance dégénère.
Votre adolescent-e vous interpelle en tant que parent, en tant que gardien des règles et des limites.
Alors choisissez un moment propice. Si la discussion vous semble difficile, vous pouvez proposer une activité commune qui facilitera le dialogue: une balade, un déplacement, cuisiner ensemble. Si l'ambiance est trop explosive, reportez la discussion. Prenez tous deux du recul et un peu de temps.

"C'est comme ça, un point c'est tout!" ou existe-t-il d'autres pistes?

Quand le « bon » moment se présente:

  • Reparlez de la situation : Julien aime bien retrouver ses amis en fin de semaine, mais il trouve qu'il ne passe pas assez de temps avec eux. Il est très énervé de ne pas pouvoir sortir comme ses ami-e-s, il vous a reproché de le prendre pour un bébé.
  • Redéfinissez les faits et ce qui était attendu de part et d'autre : Votre fils gère bien ses sorties, il a de bonnes notes et veut pouvoir rentrer plus tard. En tant que parents vous êtes inquiets de l'omniprésence de l'alcool dans les parcs dans lesquels il sort et des incivilités qui en découlent. Julien a besoin de beaucoup de sommeil. Vous ne souhaitez pas qu’il rentre si tard. Vous vous faites du souci pour son état.
  • Cherchez des solutions alternatives : Moins tard que minuit, des sorties autorisées quand il est chez des amis, uniquement lors de situations exceptionnelles, …
  • Tous deux, essayez de vous mettre à la place de l'autre : Julien a l’air d’être à l’aise et heureux avec ses amis qui sont très sympathiques. Il comprend que vous soyez inquiets car des bagarres ont eu lieu dans les parcs où il se rend souvent.
  • Evaluez les conséquences des différentes suggestions: Une grosse fatigue, le risque de se retrouver pris dans une bagarre, mais aussi plus de plaisir, une meilleure humeur,…
  • Prenez une décision, si possible négociée et pour une période d'essai : Vous décidez d’un commun accord de tester d’abord les sorties plus tardives pendant les vacances scolaires. Suivant les résultats, à la fin des vacances, vous autoriserez, ou non, Julien à sortir plus tard lors de soirées organisées chez des amis.

Mais vous allez peut-être devoir refuser la demande de votre fille ou de votre fils de retrouver ses amis lors d'un festival ou dans une fan zone du Mondial. Le compromis n’est pas toujours possible. La décision finale en incombe aux parents, même si elle ne plaît pas aux enfants ! 

   

Apprendre avec ses parents pour aborder plus sereinement un conflit avec d’autres jeunes ?

Top

En expérimentant comment résoudre un conflit avec vous, en vous observant interagir avec d'autres adultes, votre adolescent-e explore des stratégies qui lui seront très utiles dans des situations critiques avec ses ami-e-s.

Avec des jeunes du même âge, contrairement aux parents, il n'est pas vraiment question d'autorité ou de respect des limites, mais les sujets de conflits peuvent être nombreux dès le plus jeune âge. Que d'occasions de défendre son point de vue, d'éviter l'altercation ou au contraire de lutter!
Sélectionner une attitude pour sortir d'un conflit, en fonction de la situation, constitue aussi un apprentissage. Encouragez votre jeune à se poser les bonnes questions pour adapter sa réaction à la situation.

- S'il y a peu d'enjeu pour soi, peut-être vaut-il mieux éviter tout de suite d'entrer en conflit? Finalement, entre aller en ville ou rester à la maison, Anaïs ne voit pas de différence, pourvu qu’elle soit avec ses amies. Inutile de s’énerver avec elles !
- Est-il plus favorable de choisir un modèle "ni gagnant-ni perdant" en favorisant le compromis, même si la solution ne convient qu'à moitié? Samedi soir, Kevin avait vraiment envie d’écouter le concert des Steegs avec sa petite amie, elle pas vraiment... Ils iront au cinéma ensemble ce samedi, mais l'amie de Kevin promet de l'accompagner au concert que le groupe redonne dans un mois.
- Et pourquoi ne pas entrer en compétition pour obtenir gain de cause sur un sujet important pour soi, quitte à ce que l'autre protagoniste soit "perdant"? Tamara refuse de traverser des zones naturelles protégées en mountain bike, alors que Nadine trouve ces endroits vraiment extraordinaires pour le vélo et sauvages. Tamara résiste à la pression, trouve des arguments. Nadine doit renoncer devant l’obstination et la conviction de son amie.

Pour trouver une porte de sortie lors d'un conflit, il est souvent nécessaire de prendre le temps d'analyser les faits. Mais c’est surtout en réfléchissant à ce qui est sous-jacent, aux raisons du conflit, qu’on peut trouver plus facilement la stratégie à mettre en place. N’y a-t-il pas souvent d’autres enjeux qui se cachent derrière une discorde ?

   

Pour aller plus loin…

Top

avec votre adolescent-e

Saisissez l'occasion d'aborder les différentes attitudes présentées plus haut avec votre jeune. Si votre adolescent-e vous mentionne un conflit avec un-e autre jeune, demandez-lui de vous parler des faits, d'explorer les solutions possibles et les attitudes en fonction de la situation. Votre adolescent-e pourra ensuite, seul-e et avec du recul, trouver une solution qui lui corresponde. Vous pouvez lui proposer de regarder ensemble les ressources que nous vous mentionnons ci-dessous, particulièrement "Le conflit, entrez sans frapper".

en famille

Pourquoi ne pas imaginer un moment tous ensemble pour décider des activités à partager? Chacun fait des propositions et argumente pour que son choix soit sélectionné. Un compromis va peut-être se dégager ou il faudra débattre de manière convaincante et écouter les arguments fournis par les autres membres du groupe.

Si la situation est un peu « bloquée » ou pour découvrir d’autres manières de communiquer, utilisez «Le  conseil de famille » (voir ci-dessous), un outil pour dialoguer plus facilement en famille.
Et n’hésitez pas à chercher du soutien pour renouer le dialogue !

et avec vos plus petits

Egalement avec les plus petits, il est utile de développer les compétences du « mieux vivre ensemble » au quotidien, de promouvoir par exemple des jeux coopératifs (voir Jeux coopératifs pour bâtir la paix), le dialogue, la coopération dans les activités courantes.

   

Des infos supplémentaires

Top

   

Et si vous avez besoin d'aide …

Top

Conseils sur les situations quotidiennes des pères et mères

De l'aide pour les parents de Pro Juventute

  • Conseils par téléphone: 058 261 61 61 (disponible 24 heures sur 24)
  • Conseils en ligne
Appel d'urgence, 24h/24 pour des questions éducatives: Elternnotruf
(en français)
  • Conseil par téléphone: 0848 35 45 55 (tarif réseau fixe)
  • Conseil par e-mail
Pour des questions touchant à des consommations de substances psychoactives ou comportements addictifs

Addiction Suisse vous renseigne au numéro gratuit 0800 105 105 (lundi au vendredi, aux heures de bureau)

Nous vous souhaitons un très bel été plein de découvertes!



   
Addiction Suisse est une fondation indépendante. Merci à celles et ceux qui nous soutiennent.

CCP : 10-261-7