Addiction Suisse – Le coronavirus a-t-il fait le printemps des jeux d’argent en ligne? Quatrième point de situation d’Addiction Suisse
Home » Actualités

Le coronavirus a-t-il fait le printemps des jeux d’argent en ligne? Quatrième point de situation d’Addiction Suisse

26 juin 2020, 09:00

Avec la pandémie de Covid-19, les jeux d’argent en ligne ont connu un essor important. La publicité massive, avec un marketing parfois agressif, incite à s’adonner à ces jeux, qui sont disponibles jour et nuit sans contrôle social. Le nouveau point de situation d’Addiction Suisse est disponible sur www.addictionsuisse.ch/coronavirus


Dans le cadre de la situation exceptionnelle liée à la pandémie de coronavirus, trois hypothèses importantes pour la prévention des addictions aux jeux d’argent peuvent être formulées:

  1. La première est celle d’une augmentation du nombre de personnes qui jouent à des jeux d’argent en ligne. La hausse de la publicité pour ces jeux, omniprésente et parfois agressive, ainsi que l’augmentation du temps disponible à la maison pourraient avoir conduit certains individus à tester ces jeux pour la première fois. À cela s’ajoutent les joueurs et joueuses qui jouaient exclusivement dans les casinos terrestres auparavant et que de nouvelles offres spécifiquement conçues à leur intention ont encouragés à se tourner vers les offres en ligne à la suite de la fermeture des maisons de jeu. La possibilité de jouer jusqu’à 30 jours dans certains cas sans devoir se soumettre à un contrôle d’identité pourrait aussi avoir contribué à l’essor des jeux en ligne.

  2. La deuxième hypothèse concerne les caractéristiques des jeux d’argent en ligne, qui peuvent se révéler problématiques: possibilité de jouer simultanément sur plusieurs plateformes, jeux plus rapides, accessibilité permanente, absence de contrôle social et virtualisation de l’argent. Plusieurs études ont montré que les jeux en ligne comportent davantage de risques. Près d’un joueur en ligne sur dix est concerné en Suisse.

  3. Troisième hypothèse, les répercussions psychologiques de la crise du coronavirus pourraient accentuer le jeu problématique. Différentes études ont souligné le lien entre un événement stressant et la pratique problématique. Le semi-confinement et ses conséquences sociales et économiques pourraient être des éléments de stress suffisamment importants pour conduire certaines personnes à perdre le contrôle de leur pratique du jeu. La crise économique pourrait aussi contribuer à ce que certains non-joueurs commencent à se mettre au jeu d’argent. 

Aide et information

Selon certaines estimations, les joueurs problématiques génèrent une part importante du revenu des jeux. Autrement dit, ils jouent de manière intensive et perdent des sommes très élevées. 9 % des joueurs et joueuses sont à l’origine de près de la moitié des dépenses. Ces personnes devraient faire l’objet d’une protection spécifique. 

Les jeux de harsard et d’argent sont au cœur du quatrième point de situation publié dans le contexte de la pandémie; celui-ci dresse un état des lieux et livre des observations et des hypothèses. Trois autres dossiers ont déjà paru sur les drogues illégales, l’alcool, les écrans et internet; le tabac suivra. 

 

Renseignements: 

Markus Meury
Porte-parole 
mmeury@ich-will-keinen-spamaddictionsuisse.ch
Tél.: 021 321 29 63

Imprimer la pageEnvoyerRSSYouTube
 
.hausformat | Webdesign, Typo3, 3D Animation, Video, Game, Print