La newsletter d’Addiction Suisse aux parents, septembre 2016 – Mon corps et moi


Votre fille ne cesse de faire des selfies et exige désormais avec insistance une alimentation «saine» ? Depuis peu, votre fils fréquente une salle de musculation et s’intéresse aux préparations protéinées ?

 

Les réseaux sociaux véhiculent de plus en plus de tendances étranges. Ainsi, en publiant des photos de leur corps, de très jeunes adolescentes cherchent à prouver qu’elles sont minces et jolies. Ces photos utilisent des hashtags comme #Thighgap - présence d’un écart entre les cuisses - ou #A4waist - largeur de taille ne dépassant pas celle d’une feuille A4.
Exposés au matraquage médiatique et à des canons de beauté de plus en plus absurdes, comment les jeunes peuvent-ils malgré tout développer une relation saine à leur corps?


L'adolescence est une période de transformation et d’incertitudes. Confronté-e-s à diverses épreuves liées à leur développement, les adolescent-e-s cherchent leur place au sein de la société, dans la famille et parmi les jeunes du même âge. Le corps se développe et se transforme, les jeunes se comparent à d’autres et, bien souvent, à un idéal de performance et de beauté difficile à atteindre.

De nombreux jeunes sont insatisfaits de leur corps, même lorsqu’ils ont un physique normal1.

De nos jours, on accorde une grande importance au poids, mais il ne faut pas oublier qu'aimer son corps tel qu'il est, est tout aussi essentiel au bien-être.

Qu’est-ce qu’une image corporelle saine ?

Top

Une personne qui a une image corporelle positive et saine se sent bien dans son corps et l’accepte tel qu’il est. Elle respecte son corps et veille à ses besoins : elle s’alimente, fait de l’exercice, se détend et se soigne dans des limites raisonnables. Par ailleurs, elle est capable de se distancier de canons de beauté irréalistes et de garder un esprit critique qui lui permet de filtrer, dans l’actuelle masse d’informations, les contenus qui lui sont bénéfiques et qui lui permettent de s’épanouir.
Ces problématiques ne touchent bien-sûr pas que les jeunes. Et même si vous avez-une relation difficile avec votre propre corps, vous pouvez soutenir vos adolescent-e-s à développer une image positive de leur corps.

   

Que pouvez-vous faire pour aider vos adolescent-e-s à acquérir une image corporelle positive ?

Top

En tant que parents, vous avez un rôle de modèle vis-à-vis de votre enfant. Par votre exemple, vous pouvez l’inciter à adopter un mode de vie sain. Les conseils, pistes de réflexion et questions qui suivent vous permettront de vous interroger non seulement sur votre propre image corporelle, mais aussi sur votre attitude et vos réactions vis-à-vis du corps de votre enfant.

   

Top

1. Protégez-vous, ainsi que votre fille/votre fils, des influences néfastes.

L'influence des médias sur l'image corporelle est supérieure chez les filles que chez les garçons. Les commentaires de l'entourage (amis, parents, garçons) ont aussi leur influence dans la définition d'idéaux de beauté irréalistes.

  • Expliquez à votre fille ou votre fils que les corps représentés dans les médias sont un idéal souvent irréaliste. Cela peut éviter que ces idéaux soient considérés comme souhaitables ou atteignables.

2. Discutez avec vos enfants de différentes définitions de la beauté.

  • Qu'est-ce que je trouve beau ? Quand est-ce que je me sens beau/belle ? Qu'est-ce qui était considéré comme beau, il y a 20 ans ou 100 ans en arrière ? Qu'est ce qui est considéré comme beau dans d'autres pays, sur d'autres continents ?

Voir sur YouTube: "Dans ma peau"

3. Au sein de votre famille, valorisez un comportement bienveillants envers son propre corps

Discutez avec votre adolescent-e sur la façon d'écouter son corps et de prendre soin de lui.

  • Que peut mon corps ? Qu’est-ce que j’aime faire avec mon corps ? Quand est-ce que je me sens à l’aise ? Quand est-ce que je suis mal dans ma peau ?

Evitez les commentaires négatifs à propos du corps de votre fils ou de votre fille.

  • Comment je parle de mon corps ? Comment je parle du corps des autres ?

Prenez conscience des besoins de votre corps en termes de sommeil, d’alimentation saine, d’activité physique et de repos et encouragez vos enfants adolescents à faire de même.

  • Qu’est-ce qui fait du bien à mon corps?

Le fait que votre enfant mange parfois un peu plus ou un peu moins, prenne un peu de poids ou en perde, ou bien s’épuise de temps en temps en faisant du sport, n’est pas forcément signe de trouble alimentaire ou d’addiction à l’exercice physique. Toutefois, si vous avez des inquiétudes sérieuses en ce qui concerne la santé de votre enfant adolescent, n’hésitez pas à en parler ouvertement et à consulter votre pédiatre/médecin de famille ou une personne spécialisée. 

   

Autres informations et liens

Top

  • "Ados à corps perdu" exposition au Musée international de la Croix‑Rouge et du Croissant‑Rouge à Genève jusqu'au 8 janvier 2017.

Avez-vous d’autres questions?
Appelez-nous, nous vous conseillerons anonymement et gratuitement au: 0800 105 105
Consultez notre rubrique «Aide et conseil»

Sources :
1 Archimi, A., Eichenberger, Y., Kretschmann, A. & Delgrande Jordan, M. (2016) Habitudes alimentaires, activité physique, usage des écrans et statut pondéral chez les élèves de 11 à 15 ans en Suisse - Résultats de l’enquête « Health Behaviour in School-aged Children » (HBSC) 2014 et évolution au fil du temps (Rapport de recherche No 78). Lausanne: Addiction Suisse.

Forrester-Knauss, C. (2014). L’image corporelle positive chez les adolescents. Promotion Santé Suisse, document de travail 29, Berne et Lausanne.

Schulte-Abel, B., Borrelli, C.T., Schär, C. & Schneiter, Q. (2013). Image corporelle saine – Healthy Body Image. Promotion Santé Suisse, document de travail 3, Berne.