Home » Actualités » Communiqués de presse

Âge de la retraite: une période charnière, aussi en matière d'alcool

28 septembre 2017, 14:00

Image: Addiction Suisse

La Journée internationale des personnes âgées des Nations Unies est l'occasion de rappeler que l'âge de la retraite constitue un défi en matière d'alcool. Parmi les personnes de 65 à 74 ans, 7% ont une consommation chronique à risque d'alcool. On estime qu'un tiers des personnes âgées souffrant de dépendance à l'alcool ont développé ce problème après la retraite.

La retraite: un moment charnière

Le moment de la retraite coïncide avec l'arrêt du travail, un changement fondamental qui amène son lot de questionnements et de déstabilisation. Parfois, ce changement peut être synonyme de perte de lien social et de sens. A cela peuvent s'ajouter des atteintes à la santé, la perte d'êtres chers. Pour certaines personnes, l'alcool devient un refuge qui se transforme en piège. De plus, l'alcool agit différemment à partir de 55 ans, car l’organisme se modifie au fil du temps: le pourcentage d’eau diminue avec les années et, par conséquent, l’alcool absorbé est moins dilué, d’où un effet plus prononcé. Il faut donc rester vigilant, même quand tout se passe bien par ailleurs.

"Un verre à son âge? On ne va pas lui enlever ça!" 

Trop souvent, l'entourage ne veut pas ou n'ose pas réagir. En effet, le verre d'alcool en mangeant est synonyme de bien-être et de plaisir de vivre. Mais il arrive que la consommation d'alcool dépasse largement la quantité recommandée d'une unité par jour. Parmi les personnes de 65 à 74 ans, 7% ont une consommation problématique d'alcool. Leur qualité de vie est amoindrie, sans que l'entourage se rende toujours compte que l'alcool est en jeu. Sans oublier que plus les années passent, plus on prend de médicaments. Et l'alcool peut renforcer, diminuer ou modifier l'effet de ces derniers.

Un alcoolisme silencieux et invisible

Plusieurs facteurs expliquent que la consommation d'alcool chez la personne âgée reste invisible. Tout d'abord, l'isolement dans lequel peut se trouver la personne. Ensuite, les symptômes de la dépendance peuvent se confondre avec ceux liés au vieillissement: chutes, troubles de l'équilibre, du langage, de la mémoire ou du sommeil ou la dépression sont courants, mais peuvent être liés à une consommation d'alcool abusive.

Des prises en charge efficaces

Lorsqu'ils sont repérés et pris en charge, les problèmes d'alcool peuvent être résorbés, et la personne âgée gagne en qualité de vie, avec des approches thérapeutiques adaptées aux aînés. L'appui sur les ressources est à privilégier: le rôle de l'entourage est particulièrement important, pour donner un rythme aux journées notamment.

Ressources

Pour mieux anticiper le virage de la retraite, des ressources existent. Certaines entreprises proposent des cours de préparation à la retraite. La participation à des groupements d'aînés (AVIVO, Pro Senectute) permet de maintenir le lien social. Autant d'éléments qui peuvent baliser le passage parfois délicat à la retraite.

 

Les brochures d’Addiction Suisse:


Renseignements:
Corine Kibora
Porte-parole
ckibora@ich-will-keinen-spamaddictionsuisse.ch
Tél.: 021 321 29 75/ 079 730 63 75

Addiction Suisse est un centre de compétences national dans le domaine des addictions. Elle est active dans la recherche, conçoit des projets de prévention et s’engage pour une politique de santé. Le but est de prévenir ou d’atténuer les problèmes issus de la consommation d’alcool et d’autres substances psychoactives ou liés aux jeux de hasard et à l’usage de l’internet. Plus de 200 000 personnes soutiennent notre ONG.

Imprimer la pageEnvoyerRSSYouTube

Porte-parole

Corine Kibora

ckibora@ich-will-keinen-spamaddictionsuisse.ch

Tél: 021 321 29 75
ou 079 730 60 75

Newsletter Addiction Suisse

 
.hausformat | Webdesign, Typo3, 3D Animation, Video, Game, Print